+

Rosemay

Biographie

CANOLINE CRITIKS 

Rosemay Dahan, jeux de regards

juin 30, 2014

Rosemay Dahan est animée par la recherche d’un réalisme.  Sur une même toile, elle joue avec la matière et juxtapose. Son instrument de base est le pastel auquel elle ajoute de l’encre, de l’aquarelle, de l’huile pour plus de liberté, d’effets inattendus et d’assurance. « Ma peur de la couleur a disparu quand j’ai découvert le pastel sec et toutes ses nuances. J’ai essayé de donner au pastel une impression de peinture sur toile en utilisant beaucoup de matière et non pas l’estompe qui lui est souvent associée. »

L’artiste nous fait assister à la révélation d’une image. Elle choisit des personnalités d’hier, des icônes historiques inscrites dans l’inconscient collectif. Elle capture leur présence pour en exposer leur permanence et fait raconter à ces personnages une nouvelle histoire, comme une réactivation sous effet de spleen. Une façon de leur rendre hommage et de continuer à les faire vivre. Son travail pictural a quelque chose de photographique, quelque chose du « ça a été » au sens où  Roland Barthes l’entendait pour la photographie comme une attestation physique du temps passé et à jamais disparu. « Depuis l’enfance je dessine des portraits, des copies de Goya, de Géricault de Caravage en travaillant surtout le regard qui me fascine. J’essaie avec mes petits moyens, de rendre le caractère, de faire sortir l’âme de mon sujet. Je peins des écrivains, des peintres comme pour Dickens, Steinbeck ou Lucian Freud. Et puis il y a Pascin et Schiele qui m’ont donné ce goût pour les nus qui peuvent être aussi expressifs que des visages… »

 L’artiste va au plus profond des détails, redonne de l’épaisseur à un cerne, un rictus ; Le regard du spectateur croise le regard du modèle. Un jeu de rebond et de mise en abyme s’installe. Les œuvres nous apparaissent familières, comme si leur contenu émotionnel était associé à nos souvenirs personnels. Figés comme des fragments de mémoire, nous leur portons un sentiment de tendresse et de sympathie. Rosemay Dahan emprunte les codes de l’identification et de la nostalgie. Elle magnétise le symbole de ses modèles et transcende leur pouvoir de fascination avec une contemporanéité de son temps.



Créé avec Artmajeur